Publications

La Value Stream Mapping

Utiliser la Value Stream Mapping, VSM, pour améliorer votre performance

Qu’est ce que la VSM ?

La Value Stream Mapping, ou Cartographie de la Chaîne de Valeur est un outil permettant de cartographier 2 flux clés des entreprises. Cet outil, la VSM permet d’identifier à chaque étape les flux d’informations de même que les flux physiques se déroulant dans l’entreprise.

La VSM permet de formaliser de rendre visuel 4 points principaux :

  1. Clarifier le lien entre les flux d’informations et les flux physiques
  2. Identifier les étapes de création de valeur pour permettre de les améliorer
  3. Identifier les pertes et gâchis pour pouvoir les réduire ou les éliminer
  4. Réduire généralement les stocks d’en-cours ainsi que le temps de traversée (ou Lead Time)

Illustration  d’une VSM schématique

Value Stream Mapping

Outil important du Lean Management, celui-ci peut mettre mis en place pour différentes raisons. Tout d’abord, cet un outil très visuel et synthétique. Cet outil se révèle très pédagogique et à fort levier de communication. Ce dernier point permet de faciliter l’impulsion d’une transformation. Ensuite, la VSM est de plus en plus standardisée au niveau de son iconographie. Elle s’avère être un « langage » unique quelque soit la nationalité ou langue de la personne lisant la VSM.

Qui doit la réaliser ?

La VSM est un bon outil d’analyse, mais cet outil délivre toute son efficacité lorsque se sont les opérateurs, pilote de ligne ou plus généralement personne travaillant sur le processus qui la réalise. Cet un outil pertinent pour comprendre le fonctionnement d’ensemble actuel et identifier les pertes et temps perdu. Si vous imposer une transformation basée sur une VSM à vos équipes, celle-ci adhéreront difficilement au projet. Par contre, si ce travail est réalisé par vos équipes, celles-ci seront motrices sur les changements à déployer.

Quand réaliser une VSM ?

Vous pouvez une VSM « quand vous voulez » bien que celle-ci doit avoir un objectif. Si vous la réaliser mais que vous ne menez aucune action, vous aurez perdu votre temps. Une VSM est un bon outil pour se rendre compte des pertes dans un processus, tant pour la direction que pour les collaborateurs qui agissement à différentes étapes du processus.

Comment faire ? Les étapes de la VSM

Formaliser la situation actuelle « AS-IS »

La première étape pour la VSM, Value Stream Mapping, est la cartographie de la situation actuelle. Cette première étape se fait de préférence en suivant le processus de bout-en-bout. Il ne faut pas hésiter à demander aux collaborateurs concernés par l’étape des informations sur celle-ci. Cette implication large permettra d’avoir des informations completes de même sur de partager sur les éventuelles pertes facilement identifiables.

Une fois la situation actuelle formalisé, la définition des étapes « VA » (Valeur Ajouté) ou « NVA » (Non Valeur Ajouté) doit être faite. Egalement, les pertes (muda) doivent être identifiées sur la VSM. « Temps d’attente », « opérations inutiles », « stock », « surconsommation », « déplacements »…. sont autant de pertes qui rendent le processus inefficient.
La VSM détaillée avec ces informations vous permettra d’identifier des pistes d’améliorations du processus.

Formaliser la situation cible « To-Be »

Une fois la situation actuelle formalisé, les pertes (muda) doivent être identifiées sur la VSM. « Temps d’attente », « opérations inutiles », « stock », « surconsommation », « déplacements »…. sont autant de pertes qui rendent le processus inefficient.

Plan de transformation

Derrière mais non des moindre, il faut réaliser un plan de transformation pour prioriser et rythmer les changements. La chaîne de valeur ne peut pas évoluer en une choix ou assez difficilement. Un plan de transformation est alors nécessaire pour identifier quel changement devra être déployé à quel instant. Un plan projet avec une décomposition relativement fine des actions doit être réalisée. Pour assurer la faisabilité du plan, celui doit préciser à minima les acteurs en charges des sujets, les montants d’investissements éventuels, une date de début, une durée prépositionnel de réalisation. Il est également judicieux de préciser les liens ou dépendances entre différents étapes de l’évolution de même que de formaliser les impacts à couvrir (formation, évolution de poste….).


Contactez-nous pour voir comment nous pouvons vous accompagner vos équipes sur cet outil.